Comment aller au Japon et ne pas s’interroger sur leur religion ! philosophique ? Spirituelle ? : Le shintoïsme ! Ca vient de (S)Chine !? Et bien non !

A Mollat, ma librairie préférée, on m’a conseillé pour le decouvir : Shinto, sagesse et pratique ! Je l’ai pris sans hésiter !

PB210630     PB210632

Le japon est une île, et un peu comme nous avec la Grande Bretagne, ils ont gardé leur identité, leur histoire et leur culture un peu plus longtemps que les autres. 

Au japon il n’y’a ni chrétiens ni musulmans, ou si peu… A l’origine, il y avait le shintoïsme. Puis les japonais ont été séduit par le bouddhisme vers le VI siècle. C’est pour cela qu’on rencontre des fois un peu des deux dans les temples. Ces temples qui comme nos églises, ont des codes. Dans l’histoire du shintoïsme, il faut mentionner que c’est devenu la religion d’état en 1868 sour l’ère Meiji.

Le shintô est une tradition spirituelle authentique et autochtone du peuple japonais. De ce fait, nombre de ces formes extérieurs et de ses pratique sont spécifiquement japonaises, mais son essence est valable pour oute l’humanité et très pertinente dans la situation difficile qui est la notre. La compréhension shintô de la valeur intrinsèque du monde naturel est lié à l’accent place sur la purification, qui à la fois une signification à la fois physique et spirituelle.

 

20191012_140913     PA120383

 

 

 Quels sont les codes de ces temples ?

… la finalité d’un tel lieu n’est pas d’imposer un système de croyance unique ou une façon de penser exclusive, mais de créer un sentiment pénétrant de respect et d’admiration qui nous permette d’accéder à la dimension spirituelle.

Une corde, symbole de rigueur et de droiture, ces fameuses portes en bois, souvent rouges qui désignent l’entrée et délimite donc un lieu sacré. Il y  aussi des feuilles pliées de manière bien particulière. Un peu comme les tibétains qui mettent des messages sur des fils pour que le vent les emporte. Un poisson rouge est souvent présent, symbole de bonheur.

Et aussi et surtout, il n y ’a pas d’idole comme le bouddha, mais un miroir ! De tout ce que j’ai lu est que cela à deux fonctions. 

Le shintô est proche de la nature.

Ce sont des êtres de la nature qui font leur apparition au milieu des hommes. En France on pourrait comparer cela aux gnomes, elfes ou fées. Ils sont espiègles, gentils ou un peu maléfiques. ce sont des Kamis. 

Un lien d’un site simplet complet sur le sujet : http://www.usuireikido.com/shinto.html 

 Le kami serait donc tout être, toute entité supérieure à l'homme par sa nature. Sont kami, en effet, non seulement certaines forces naturelles personnalisées : le Soleil, la Lune, le typhon, et bien d’autres encore, mais plus généralement tout ce qui apparaît mystérieux ou redoutable parmi les êtres inanimés comme les arbres, les montagnes, les mers, les fleuves,les rochers, les vents, ou encore des objets de forme étrange ou d’origine inconnue; de même peuvent être tenus pour kami des humains, ou des animaux, vivants ou morts. Il convient à ce propos de noter que, si tel clan prétend descendre d'un ancêtre kami (souvent choisi parmi les dieux du Kojiki), cela ne signifie en aucun cas qu’il s'agisse d’un « culte des ancêtres », car tout ancêtre n’est pas nécessairement kami. 

 Le mot kami regroupe un éventail extrêmement large d’esprit, de forces et « d'essences » surnaturelles ou mystérieuses. Le Kojiki 古事記 indique l’existence de huit millions de kami 八百万 (dans la mythologie japonaise, huit est nombre sacrée qui signifie simplement beaucoup, autant dire une infinité). On y trouve d’innombrables divinités tutélaires de clans, de villages et de quartiers (ujigami (氏神, ujigami): esprits d’un lieu. Ce sont aussi le plus souvent des essences d’éléments géographiques (montagne, rivière ou cascade) ou de phénomène naturels comme le kamikaze (« vent divin ») 神風, le typhon 台風 et autres phénomènes. 

Les kamis vivent dans le ciel et descendent périodiquement sur terre pour visiter sanctuaires et lieux sacrés. Leur sacralité est telle que les fidèles doivent se purifier avant de pénétrer dans un sanctuaire ou de participer aux fêtes données en leur honneur.

Ces êtres, lorsqu’ils prennent forme physique dans notre monde, apparaissent à un endroit, une fois ou plusieurs fois au même endroit. On leur édifie alors un temple. Le miroir est un peu leur porte. La seconde fonction du miroir serait qu’on se vois dedans et on apprend donc à se connaître soi-même. 

C’est passionnant de lire et de découvrir tout cela. Je m’y suis plongé avec respect et sous certains angles avec un peu d’amusement. 

PA120368     PA120372

PA120369     PA120367

En fait, quand on y pense, cela fait appel à toutes les formes de spiritualité que l’on trouve au travers de beaucoup de peuples ! Regardez, proche de chez nous en Bretagne il y à la forêt de Broceliande. On y retrouve presque tout d’un point de vue spirituel. Ce monde invisible, se retrouve chez les incas, les indiens d’Amérique, comme chez les hindous. Ce respect et la recherche d’harmonie avec la nature y sont présents.

Ce qui me passionne dans cette recherche du shintoïsme et de redécouvrir des préceptes connus sous un angle, une histoire et avec des codes disons… plus exotisme. Et c’est justement ce qui vas nous ouvrir l’esprit.

Cela me fait penser à ces gens qui vont sur les îles grecques ou la dune du Pilat et sont émus devant le couché de soleil ! Mais on a le même chez nous ! Le soir en rentrant du boulot, levez la tête !

Le shintoïsme m’apporte un regard détourné sur quelque chose, un rapport philosophique et spirituel avec la nature qui est sous-jacent à tant d’autres cultures. Les codes des temples sont différents, mais le discours si réconfortant car rappelant, nos elfes, gnomes ou autres fées et Korrigans.

Attention je ne compare pas ni ne dénigre, au contraire, je vois une réflexion humaniste et universel dans le shintoïsme. De plus apporter un regard neuf sur ce qu’on ressent au fond, c’est s’y retrouver. 

C’est un  rappel de choses qui me semblent essentiel, avec un vocabulaire et une perception parallèle. 

Je m’en suis senti grandit de cette aventure, et qui conforte mon idée que nous devrions être un peu plus ouvert au non rationnel, au monde invisible, aux rêves et aux intuitions. Le monde dans le quel on vit sombre dans une dimension rationaliste, cartésienne et scientifique. Nous oublions ce qui a toujours fait partie d’un équilibre, un rapport harmonieux avec les impressions et le ressentie de ce qu'apporte la nature.

Vous pouvez le faire ! Suffit d’une promenade un dimanche en forêt, une balade au parc public et de prendre le temps de ressentir, se retrouver.. voyez ! mine de rien vous méditez déjà !

Pour aller plus loin, j’ai découvert le livre des histoires qui ont inspirées le shintoïsme au tout début, à la création du monde : Le Kojiki.

PB210631     PB210634

Attention cela vas vous rappeler une histoire très connue ! Games of thrones ! On se trompe, on organise des guet-apens, on tue discrètement ou en public pour reprendre un pouvoir. On est en famille, une famille très nombreuse qui peuple une terre nouvelle. C’est un peu cru, mais… quelle plaisir d’avoir la possibilité de découvrir l’origine de l’histoire, qu’on puisse accéder à des textes sacrés très longtemps inaccessibles. Il ne faut pas être prétentieux, je pense qu’avec mon regard d’occidental je n’ai pas tout saisi, mais c’est une « Auguste » ballade avec, comme guides les « Premiers Supérieurs ».