Cet été j’ai fait comme tout le monde! Et oui! Cela m’arrive aussi! Prendre le temps de voyager, d’aller voire comment cela se passe ailleurs. Loin du tourisme de masse et des circuits tout tracés je suis allé à la rencontre de gens d’ailleurs, comment vivent-ils? que pense-t-il de leur quotidien, que ce soit par rapport au évolution de la nature qui les touches, de leur mode de vie?... Et comment voit-ils l'avenir? Après je me suis demandé si leur modèle était transposable, l’avantage est que j’ai fait plusieurs pays. 

J’ai commencé par Israël parce que je connaissais déjà, histoire de prendre mes repères. Dans ce pays ensoleillé les hommes passent leur temps à se taper dessus. Palestiniens et israéliens sont en guerre... froide ! Depuis toujours en fait, c’est inscrit dans leurs gênes. Qui a commencé, peu importe c’est comme ça maintenant. Alors pour être sur de remporter la finale, faut être le plus fort en tant que peuple et donc... gonfler les rangs de l’armé... se reproduire à tout vas ! Avoir 10 enfants est courant. Cela pause des problèmes d’eau, d'électrice, de recyclage des eaux usées et des déchets. Et puis tout simplement, comment se loger? A ce rythme les humains entassés ente la mer et le Jourdain aura double dans 30 ans pour arriver à 21 millions d’habitants... 

 Israël c’était la route migratoire, chaque année, d’un milliards d’oiseaux qui traversaient le pays. Mais ça, c'était avant. On a asséché les marais, en 1950 dans la vallée de la Houda, au nord du lac Tibériade, et oui, déjà! pour construire et cultiver les terres ! Alors évidement, déjà à cette époque, la disparition des zones humides et synonyme de disparition d'insectes, d'oiseaux et de biodiversité, et accélère le réchauffement des terres.. De plus on s’est rendu compte que le marais servait de filtre naturel pour l’eau du lac. Plus de filtre et une surabondance de produits toxiques... le lac est pollué et ne respire plus... 70 ans déjà qu’on fait les mêmes bêtises et, stupides humains que nous sommes nous, ne retirons aucune leçon, car ailleurs, plus tard on le fera encore et encore et encore et encore on s'étonnera des effets néfastes... A croire que cela justifie juste un bon business. le tout lié à une communication culpabilisatrice après coup. Qu'importe que les conséquences soient connues, nourrir et loger tout le monde est un bon business. 

rentable !?

 Du coup je suis allé voire en Inde comment cela se passé, après un passage par l'Afrique j’ai continué mon périple aux Philippines, au Pakistan puis évidemment la Chine... L’avion est si peu cher à notre époque.. 3615booking répond à toutes vos envies !!! 

Des musulmans, aux manipulations américaines, au nappe phréatiques vides alors que d’autres sont encore pleines avec des gens qui meurt de chaud et de soif juste au dessus... la contre partie de la révolution verte, la culture du riz, l'accroissement des grandes villes dans le monde... Sacré voyage !!! J’ai eu chaud !!! Surtout en restant dans mon fauteuil à Bordeaux ! 

Oui, je suis vraiment allé en Israël, mais c'était il y a plus de 10 ans ! Mon dernier et premier grand voyage en “vrai”. Mes livres sont mes plus beaux voyages, pour aller ailleurs, comme au fond de soi même et dans les deux cas, pas de manière superficielle mais au fond des choses, c’est ce qui me fait avancer et satisfaire ma curiosité. Nous ne sommes pas sur Terre juste pour bosser et payer des factures mais pour autre chose, et pour trouver cet autres chose la spiritualité est un bon chemin. 

Alors qu’est-ce donc ce livre ?! Un titre un peu provocateur, “Compte à rebours” d’Alan Weisman. “Jusqu’où pourrons-nous être trop nombreux sur Terre ?” 

compte a rebourg

La surpopulation est LE problème à l’origine de tant d’autres. Alan Weisman fait un panorama de toutes les pratiques environnementales sur la planète au travers des pays, des religions et des expériences du passé. C’est mon livre de cet été, obligatoire si vous voulez, en cette rentrée, continuer à voyager mais aussi et surtout découvre les coulisses du rythme de vie des populations de cette planète. Le constat, on le connais tous, une croissance exponentielle. Nous sommes presque 9 milliards alors que nous étions 1 milliards en 1815, puis 1,6 en 1900, et 2 milliards en 1930 ! C’est à cette date, au-dela des 2 milliards que tout commença partir en vrille. Disons qu’à 3 milliards, l’homme pourrait vivre en harmonie avec ce que lui donne les ressources de la planète. 

Un bilan odieux, cru... et pourtant toutes les civilisations antérieures se sont effondrées d’elle même écrasée par une surpopulation, d’avoir tout pris, tout couper et rien donner en échange. Comme à chaque fois, et cela en redonne à chaque fois du sens, commençons par cultiver noter propre jardin au sens propre comme au sens figuré. C’est à nous en tant que consommateur d'arrêter de vouloir tout et tout de suite. Trouvons en nous une harmonie, une sobriété heureuse et... on verra bien où le monde nous mènera par la suite.