Encore un livre de Frédéric Lenoir ! "la puissance de la joie". Décidément je ne suis pas au bout de mes surprises avec cet auteur ! Je vous ai deja parle de “Socrate, Jésus Bouddha”, puis “Lettre aux animaux” et maintenant un petit livre à propos de la joie !

20171016_135253

Vous allez me dire, que ce n’est pas utile de faire tout un ouvrage sur la joie !
Si car c’est a nuancer du bonheur ! La joie est spontanée, c’est un moment. L'occasion de rappeler l’importance d'apprécier le moment présent, être ici et maintenant. Ils sont nombreux de tout horizons et de religions différentes à le dire.
Retrouver en soi le point zéro, prendre conscience de soi, son corps être a l'écoute dans l'instant. On passe notre temps a penser à tout ce qu’il faut qu’on fasse au boulot, et on remodèle le meme schéma dans notre vie privée ! On court tant et tant qu’on arrive meme plus à s'arrêter et différencier les choses. Tout le monde dit “j’ai pas le temps”... tant au boulot qu’à la maison !

“Laver votre bol, mais faites le comme si vous laviez le bébé de bouddha.”

Pour mieux en parler il fait un petit récapitulatif de ce qui c'est dit aux temps des philosophes. Frédéric Lenoir évoques confucius et les Taoistes, Spinoza et Nietzshe tel qu’il aime bien le faire.

“Je m’ouvre à nouveau gratuitement à la vie”! Un rappel sur le plaisir de profiter de la vie, remercier de ce cadeau, laisser fleurir la vie au travers la gratitude. En sommes rester humble.. et curieux et reconnaissant de tous ces petits moments de plaisir et de bonheur que nous donne de la joie. Il partage des moments particuliers passés auprès des lépreux, tel Mère Teresa.
Apprendre à se connaître, devenir soi. Et l’on peut ensuite s'ouvrir et se donner au monde. Frédéric Lenoir parle de son choix d'être parti dans un monastère et les raisons d’en être revenu. Une fois encore l’ego est omniprésent.

Lui qui a temps voyage et pris le temps de la réflexion nous fait part de son point de vue des occidentaux.
“De nos jours en occident nous recevons bien souvent la vie comme un fardeau qu’il faut assumer.”
“L’homme est malheureux parce qu’il ne sait pas qu’il est heureux”

Si vous zaper des paragraphes, il faut absolument prendre le temps d'apprécier le chapitre 7 : La joie spontanée des enfants, d’une vie simple, libérer la source de joie qui est en vous, la force du consentement.. La joie donne sens a la vie et au monde
Un épilogue des plus savoureux, ou il préconise la modération et la sobriété. Un écho à la sobriété heureuse de Pierre Rabhi.

A méditer en ces temps de black friday, d'overdose de consommation, d'opulence de kdo et de repas.... 7 euros pour retrouver en soi un chemin vers la joie...
Dans la meme thématique : un indémodable : Alain “Propos sur le bonheur”.

20171126_105044