Avez vous remarquez comme par instinct tout le monde coupe son jardin, buissons et arbustes a hauteur d’homme comme si on ne supportait pas que la nature nous dépasse ! C’est pour tant ce qu'elle fait. En se promenant en campagne on se sent bien, c’est juste un sentiment de bien être.  “juste” !

P1330835

En fait tout cela a bien des raisons, car comme dans les fables l'arbre a une vie, c’est a dire qu’ il communique avec ce semblables, oui “communique” : envois des messages de bienveillance ou de mise en gardes. Comme la nature est impitoyable est que c'est un peu chacun pour soi, comme pour les animaux dans la jungles, ils apprennent a se défendre: maltraiter un arbre, ils repoussera différemment  cherchera a se protéger, pareil avec les attaques des animaux gourmands de leur feuillages ou de leur écorce.
Comment se défendre quand pour nous, a notre regard tout cela semble presque inerte : en sécrétant un poison.
Lorsqu’un arbre est régulièrement dérangé, par un passage d’un humain ou d’un animal, ou que le vent souffle régulièrement dans la meme direction,vous voyez l’arbre pousser en s'adaptant mais le plus surprenant et que cela est enregistré dans ces graines, et les générations suivantes pousseront en conséquence.

P1330840P1330841P1330842P1330843P1330844

 

Tout les arbres d’une foret sont liées entre-eux, entre-mêlée et s'échange des informations, mais loin des intempéries et des regards des humains : PAR LES RACINES.

l’article décris tout ceci.

P1330845

P1330846

P1330847


Il y a longtemps, les grandes écoles des plus hauts diplômés démontrées que l’animal pouvait être assimilé a un objet ayant des réflexes de survie : on tape un chien, il aboie non pas par douleur mais par reflex ! c'était scientifique et aussi le résultat d’une idéologie religieuse. J’ai toujours appris a l'école que l'homme était supérieure aux animaux car il manipulé des outils et que pour cela il fallait être doué d’intelligence ! On sait aujourd’hui que tout cela est faux.
voici donc ma réflexion: si aujourd’hui il existe tant de défenseur des animaux pour nous rappeler que l'animale est un être sensible qu’il sait s’entraider, souffrir, jouer et réfléchir sur sa propre condition, doué d’empathie; je pense que dans plusieurs années, il y aura des associations de sauvegarde de la vie végétale et que, par exemple l'élagage tel qu’on le pratique aujourd’hui sera condamné pour souffrance de la vie végétale.

P1330835

P1330851