C’est la saison !

860997_453868748017578_1149783905_o

Et cela annonce le début de jours meilleurs niveau météo. Que c’est beau, c’est grand rassemblement d’oiseaux, d’entendre leur cris !

Mais ou vont ils ? D'où viennent ils ?

800px-Verbreitungskarte_des_Kranichs

repartition_grues

pre_mig

Encore des oiseaux qui parcourent plusieurs 100 de km! Sans gps  et essayant de traverser tous les pièges en fonctions des différentes législations de chaque pays ! On est un peu primaire, une fois de plus face a la beauté de la nature, face au peu de respect que l’on accorde a la vie !
Enfin bref ! c’est beau, on ne peux que rester admiratif et ça se passe au dessus de notre tête ...

P1300193

merci a la LPO et wikipedia. "photos-lien" cliquez sur les cartes et vous en saurez plus !

Alimentation

Elle se nourrit d'insectes, de graines, d'herbes et de jeunes pousses ainsi que de mollusques et de vers.

Reproduction

Cette espèce se reproduit dans le nord de l'europe et en Asiede l'ouest. Les couples sont unis pour la vie et les poussins sont nidifuges. En Grande bretagne, au XVIIe siècle, l'espèce était éteinte, mais maintenant une petite population niche de nouveau dans les Norfolk Broads.

Migration

Ce sont des oiseaux puissants qui migrent sur environ 2 500 km de distance, ils passent l'hiver en Afrique du Nord ou en Europe méridionale (au sud de l'Espagne). Les vols migratoires sont en forme de V ou de Y. En vol, les grues cendrées crient, la plupart du temps, environ toutes les 10 à 15 secondes. Le chant, un "grou" sonore, s'entend jusqu'à quatre kilomètres. C'est une particularité anatomique du bréchet de la grue qui explique son exceptionnelle puissance.

Les grues cendrées comme les cigognes ont l'habitude d'utiliser les ascendances thermiques pour s'élever en planant et migrer en se déplaçant d'un thermique à l'autre en évitant le vol battu. Ainsi, elles planent et économisent leur énergie. Le vol battu est utilisé en cas de mauvais temps, de vol de nuit ou au-dessus de la mer.

Protection

La Grue cendrée bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis 1976. Elle est inscrite à l'annexe I de la directive Oiseaux de l'Union européenne. Il est donc interdit de la détruire, de la mutiler, de la capturer ou de l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou d'enlever les œufs et les nids et de détruire, d'altérer ou de dégrader leur milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.